Les interventions

Sdis78 007Dans la nuit du jeudi 5 novembre, peu après 4h30, Victor appelle ses parents parce qu'il a eut un petit « accident nocturne » au lit. Tiré d’un sommeil profond, c'est Yann, son papa, qui se lève et vient à son chevet.

En entrant dans la chambre de son fils, il réalise soudain qu'il y a un bruit anormal. Cherchant sa provenance, il entend alors distinctement des crépitements provenant de derrière le plafond. Se rendant au niveau de la trappe d'accès aux combles, il aperçoit, dès l'ouverture, un important dégagement de fumée, il la referme immédiatement et part prevenir sa famille.

Aussitôt, toute la petite famille est réveillée afin d’évacuer le pavillon au plus vite. Une fois à l’extérieur, Yann prévient alors les secours, tandis que la fumée s’échappe du toit et commence à être visible de l’extérieur.

Trois lances à eaux dont une sur la grande échelle pour venir à bout du feu

Une vingtaine de sapeurs-pompiers sont engagés sur cette intervention afin d’éteindre le sinistre. L’accès au comble étant rendu possible par la présence d’une seule trappe, les secours ont dû procéder à plusieurs trouées par l’intérieur et par l’extérieur du pavillon pour atteindre les différents foyers.L’utilisation d’une lance perforante s’est avérée également particulièrement utile dans ce type de configuration.

Au total, ce sont trois lances, dont une sur l'échelle aérienne, qui ont été établies pour éteindre définitivement cet incendie.Lors de cette opération, l’équipe renseignement drone a été sollicitée afin d’apporter son soutien en terme d’imagerie thermique, d’éclairage et de guidage au dégarnissage.
Cette aide, précieuse pour le commandant des opérations de secours, lui a permis d’orienter les différentes actions d’extinction, mais également de s’assurer qu’il n’y avait plus aucun risque de reprise du feu en toiture à la fin de l’opération.

Les D.A.A.F. sauvent des vies !

On peut se demander ce qu’il serait advenu si Victor n’avait pas réveillé son papa cette nuit-là ? Fort heureusement, la maison était équipée de plusieurs D.A.A.F (détecteur autonome avertisseur de fumée), et bien qu’aucun des trois appareils présents à l’étage ne se soient déclenchés (car les fumées d’incendie ne l’avaient pas encore envahi), il est certain que la famille aurait été alertée à temps pour sortir saine et sauve de son habitation.

Il faut savoir qu’il est également possible d’installer des D.A.A.F. dans les combles, si votre habitation le permet, certains d’entre eux possédant des piles avec une durée de vie de 10 ans et certains sont même connecté pour vous permettre d’être alerté via vos smartphones. Un investissement supplémentaire, mais dont le coup est sans comparaison avec la tranquillité d’esprit qu’il procure.



Texte : R.Djebiri & G.Guillemard / Photos : R.Djebiri

sp78